Imprimer

Restauration du Camaril (3)

medaillon après travauxLa restauration totale du Camaril se poursuit sous le contrôle scientifique et technique de la Direction Régionale des Affaires Culturelles. S’appuyant sur les études de l’architecte du patrimoine, les travaux ont été confiés par la Commune, maître d’ouvrage puisque propriétaire des lieux, à des entreprises spécialisées dans 3 domaines différents : maçonnerie, électricité et restauration.

Ainsi la Sté ACCRA de Giorgio Bedani, tituaire du marché pour le lot restauration, a procédé au démontage total de la statuaire en fin d’été dernier afin de la restaurer dans ses ateliers d’Ille-sur-Tet. Ces travaux, longs et délicats ont débuté par la prise de photographies des graffiti et inscriptions présents sur les parois du Camaril. Ces écritures, bien que disgracieuses et vouées à être effacées par les restaurateurs, sont néanmoins le témoignage du passage des nombreux visiteurs du Camaril au cours des décennies, et seront donc consignées dans un album car faisant partie de son histoire.

Puis toute la statuaire : médaillons, anges musiciens, crucifixion… a été déposée et les sculptures du Camaril ont été transportées à Ille sur Tet. Exécutées dans des pièces de bois de résineux non évidées le vieillissement des fibres du bois a naturellement provoqué des fentes dans le sens du rayon des anneaux de croissance de l’arbre. Mais le sculpteur a utilisé du bois préalablement bien séché et vieilli car malgré leur masse le retrait du bois est assez limité et des fentes sont d’une taille « acceptable » compte tenu de l’âge des œuvres. Pour le transport les sculptures ont été dotées de protections des joints base de filasse de chanvre afin d’absorber les mouvements du bois, puis à l’atelier, les fissures ont été traitées par l’insertion de flipots de pin, l’essence de bois originale.

Les différents éléments ont été aussi consolidés et repeints Tous les éléments décoratifs du Camaril transportés en atelier ont été traités en nettoyage des poussières, coulures et éclaboussures de cire, de couleurs dues aux interventions de repeints et restaurations. Toutefois les repeints anciens exécutés au XIXe siècle par les frères Oromi ont été préservés.

Le 26 novembre dernier, un petit groupe composé de représentants de la commune, et de membres de l'association des amis de la chapelle de l'Ermitage, se sont rendus dans l'atelier de Georgio Bedani afin de prendre connaissance du travail du restaurateur et de son équipe, et de constater l'avancement de la tâche.

Sur place les travaux de restauration se sont portés sur le traitement et la consolidation des poutres, le re fixage des décollements et écaillages sur les parties peintes et dorées des toiles de la coupole et des boiseries. Puis le nettoyage superficiel des boiseries a été exécuté à 60 % avant l’interruption des interventions liées au confinement. Quelques reprises de maçonnerie et réfection de l'éclairage du compble du manternon ont également eu lieu.

A partir du 11 mai les travaux sur site vont pouvoir reprendre, avec pour objectif d'avoir achevé la restauration complète du Camaril avant la saison estivale, et son cortège de visites et autres concerts.

 

Insertion de flipots dans la fente dune sculpture1 Insertion de flipots dans la fente dune sculpture2
Insertion de flipots dans la fente d’une sculpture
renforcement de la console netoyage carnations
Renforcement des consoles  Nettoyage des carnations
Statue de lImmaculée Conception avant nettoyage Statue de lImmaculée Conception après nettoyage
Statue de l'Immaculée conception avant et après restauration